Sexe et messages subliminaux

Il semble néanmoins que les résultats soient nettement meilleurs lorsque les volontaires découvrent les images subliminales qui font appel à leur préférence sexuelle. En revanche, lorsqu’on leur montrait les images sans l’impact subliminal « aveuglant » à fort contraste et qu’ils pouvaient voir consciemment les images, les effets n’étaient pas aussi importants.

Etude scientifique sur les images subliminales

Sheng He, neuroscientifique cognitif à l’université du Minnesota, et ses collègues ont mené une étude sur les images subliminales. Ils ont recruté des volontaires de diverses orientations sexuelles et ont rassemblé 10 membres de chacun des groupes suivants : hommes hétérosexuels, femmes hétérosexuelles, hommes homosexuels et femmes homosexuelles. Chaque groupe a ensuite visionné des images spécialement construites à cet effet et pointées directement sur l’œil gauche et l’œil idéal séparément.

Afin de s’assurer que les images invisibles n’étaient pas repérées consciemment, on a conseillé aux volontaires d’appuyer sur une touche spécifique d’un clavier s’ils voyaient une distinction entre les images translucides de leur œil gauche et de leur œil idéal.

Toutefois, lorsqu’on a montré à des hommes hétérosexuels un patch de Gabor, où se trouvait en fait la photo d’un homme nu, ils ont eu beaucoup plus de mal à identifier l’orientation. Les femmes hétérosexuelles ont obtenu de bien meilleurs résultats lorsqu’on leur a montré une image de femme nue, tout comme les hommes homosexuels.

Trente-deux essais ont été réalisés et il s’est avéré que les hommes avaient nettement plus tendance à identifier l’orientation des patchs de Gabor lorsqu’ils étaient présentés dans un emplacement précédemment occupé par l’image « imperceptible » d’une femme nue. Cela a révélé que l’image de la femme nue servait d’image subliminale.

En utilisant une image à fort contraste, présentée à un seul œil, les chercheurs pourraient pour cette raison contrecarrer l’image vue par l’autre œil. Le volontaire ne serait conscient que de l’image à fort contraste.

Ils ont utilisé une image appelée « patch de Gabor », du nom du mathématicien qui l’a créée, pour vérifier notre capacité à identifier la fréquence spatiale et l’espace visuel. Sheng He a expliqué qu’en général, les deux yeux regardent exactement la même image et ne se disputent donc pas, mais en utilisant un patch de Gabor, il a pu mettre au point un scénario dans lequel les deux yeux regardent deux images différentes. Or, lorsqu’un œil est confronté à une image très contrastée et que l’autre est statique, nous ne voyons et ne comprenons que l’image vibrante. L’autre image passe inaperçue.

Conclusion de l’expérience

Au cours de l’expérience, les chercheurs ont fourni une image à fort contraste à un œil, et une image érotique à l’autre œil. L’image à fort contraste garantissait que l’image sensuelle ne serait pas détectée. Les images érotiques variaient d’une femme nue à un homme nu. Par exemple, la femme nue a été montrée à un homme hétérosexuel, un homme homosexuel, une femme homosexuelle et une femme hétérosexuelle.

Il semblerait, d’après cette étude, que les images subliminales sont découvertes par l’esprit et qu’il y donne suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *